Sapin, cadeaux, repas : nos conseils pour un Noël écolo

Sapin, cadeaux, repas : nos conseils pour un Noël plus « vert »

Cette année, Noël sera vert ! Choix du sapin, décorations, cadeaux, repas… Pozette vous livre quelques conseils et idées pour passer des fêtes de fin d’année plus écolos.  

Noël plus « vert » : le sapin de Noël… naturel !

Qui dit Noël, dit sapin ! Chaque année, on se pose la même question épineuse : le sapin, on le choisit naturel ou artificiel ? Le sapin artificiel présente de nombreux avantages : il a une forme parfaite, il ne perd pas ses épines et on peut le réutiliser tous les ans une fois les fêtes passées. Mais attention, ce sapin n’a rien d’écologique, bien au contraire. Ce dernier est réalisé en plastique, lui-même fait de pétrole. « Son processus de production est coûteux en énergie et en plastique émetteur de gaz à effet de serre », rappelle le ministère de l’Agriculture. À l’impact écologique du processus de fabrication s’ajoute celui du transport qui n’est pas non plus négligeable. La plupart des sapins artificiels vendus dans le commerce sont en effet fabriqués sur le continent asiatique. Pour limiter ses impacts sur l’environnement, il faudrait alors le garder longtemps, très longtemps : « dans l’idéal au moins 20 ans », explique l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Mais soyons lucides, peu de personnes le conservent autant d’années. En France, un arbre en plastique serait changé tous les trois ans en moyenne. Non écologique, le sapin synthétique n’est pas non plus sans danger pour la santé. Il contient de nombreuses substances toxiques (peintures, microparticules de plomb) qui peuvent se retrouver dans l’air.

L’idéal sera donc d’opter pour un sapin naturel. « Mais acheter un sapin naturel, c’est participer au déboisement de nos forêts », peut-on se dire. Que nenni ! « Contrairement à certaines idées reçues, les sapins de Noël sont issus de plantations spécifiques et ne sont donc pas coupés en forêt », explique l’association française du sapin de Noël naturel (AFSNN). Le sapin naturel a des effets positifs sur l’environnement : en grandissant, il aura stocké du CO2 et ainsi contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air. « Il permet de réduire le dioxyde de carbone, qui augmente l’effet de serre néfaste à notre planète, en servant de filtre. Les jeunes sapins, comme tous les jeunes arbres, demandent plus de C02 car leur croissance est plus importante ; ces jeunes arbres participent donc davantage au travail de filtrage de l’atmosphère », précise le ministère de l’Agriculture. Il améliore par ailleurs la stabilité du sol grâce à son système racinaire. Le sapin de Noël présente un énorme avantage : il est biodégradable ! Après les fêtes, il pourra être composté ou être transformé en copeaux.

Le sapin naturel est donc à privilégier. Et si ce dernier est cultivé en France, c’est encore mieux. En choisissant un sapin français, on soutient nos producteurs et on est certain de sa qualité. De plus, il n’aura pas fait des centaines voire des milliers de kilomètres pour atterrir dans notre salon. La provenance des conifères est souvent indiquée sur leur étiquette. Vous pouvez vous fier par exemple aux labels « Fleurs de France » et « Plante Bleue ». Ce dernier, délivré par le Val’hor, l’Interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage, certifie son origine française mais aussi que le producteur a mis en place des conditions d’exploitation respectueuses de l’environnement. Des marques garantissent également une culture française : « Légende du Morvan », « Morvan, Nature et Talents », « Marque Savoie » et « Terres d’Eure-et-Loir ».

Le top du top ? Un sapin naturel, cultivé en France et… bio ! France Sapin Bio est pour l’heure la seule entreprise à proposer ce type de sapin. Leurs conifères sont cultivés au cœur des Pyrénées ariégeoises. L’enseigne Botanic en commercialise cette année.

Si, malgré tout, l’idée d’arracher un arbre à son milieu naturel vous pose problème, vous pouvez aussi le faire vous-même à partir de récup’. C’est d’ailleurs la solution la plus écologique. Sur Internet, les idées ne manquent pas. Il est par exemple possible de prendre des veilles planches en bois et de les assembler pour qu’elles prennent la forme d’un sapin. Plus original : prendre un vieux drap et peindre dessus un sapin.

À noter qu’il est aujourd’hui possible de louer son sapinou. Plusieurs sites Internet, comme Treezmas et Ecosapin, proposent de vous livrer un sapin en pot et de venir le récupérer, une fois les fêtes passées, pour le replanter dans la nature.

Les décorations

Après le sapin, place aux décorations. L’idéal sera de réutiliser celles de l’année dernière et des autres années passées. Si vos boules et guirlandes colorées sont cassées, essayez de les réparer. Un petit point de colle et le tour est joué !

Dans le cas contraire, achetez d’occasion. N’hésitez pas à faire un tour sur les plateformes de revente entre particuliers. De nombreux internautes revendent leurs décorations de Noël.

Si vous êtes un peu bricoleur, faites-les vous-même. Avec du ruban ou de la laine, vous pouvez faire des boules. Avec des petits pots de confiture, vous pouvez aussi créer des boules à neige. À l’intérieur : mettez de l’eau et des paillettes. Il suffit d’un peu d’imagination pour détourner certains objets du quotidien. Les pommes de pin et les feuilles mortes du jardin feront également de belles décorations. Vous pouvez les peindre en or ou en argent.

Envie d’acheter des décorations neuves ? Privilégiez l’artisanat ! De nombreux artisans proposent de belles décorations en bois fabriquées avec amour, dans les règles de l’art. Vous les soutiendrez et vous n’achèterez pas de la cochonnerie made in China ou Taïwan. Où en trouver ? Sur Etsy.

Pour les guirlandes lumineuses, attention. Celles-ci sont très gourmandes en énergie. « Afin d’éviter de voir grimper la facture d’électricité, privilégiez les guirlandes munies d’ampoules LED à basse consommation », conseille l’Ademe. N’oubliez pas de les éteindre la nuit et la journée pendant votre absence. Quant aux bougies, vigilance également. Certaines sont réalisées à partir d’huile de paraffine, un dérivé direct du pétrole. En brûlant, elles dégagent des composés chimiques et toxiques pour notre santé : du formaldéhyde, du benzène ou encore du toluène. Dans les mèches, qui sont certes en coton, on retrouve aussi du plomb. Quant aux parfums utilisés, ces derniers sont souvent de piètre qualité. Ils sont de synthèse. Si vous souhaitez mettre des bougies chez vous, privilégiez plutôt des bougies naturelles fabriquées à partir de soja, sans polluants ni produits chimiques. Pour vous aider, Pozette a sélectionné 5 marques de bougies « bienveillantes ». Et cerise sur le gâteau, elles sont made in France ! Retrouvez notre sélection ici.

Des cadeaux d’occasion et/ou responsables

Pour un Noël écologique, on mise sur la seconde main. De nombreux jouets d’occasion et en très bon état sont proposés à la vente sur Internet ou dans des magasins spécialisés comme Rejoué. Certains jeux et jouets sont même revendus dans leur emballage d’origine ! Pour les vêtements, les livres ou encore les appareils électroniques, même chose. L’occasion est d’ailleurs souvent synonyme de bonnes affaires. Même avec un petit budget, on peut faire plaisir à ses proches.

Vous pouvez aussi faire du troc. L’application PopMoms vient par exemple de lancer « Le Grand Troc ». Le concept : grâce à l’appli des parents qui s’entraident, les papas et les mamans d’un même quartier (ou d’une même école) sont invités à troquer les jouets dont leurs enfants ne se servent plus. Sympa non ?

Si vous n’osez pas offrir des cadeaux d’occasion, achetez alors responsable. Côté dressing, pariez sur des textiles en coton bio, fabriqués à partir de matières recyclées. Pariez sur des marques éthiques et engagées pour une mode plus responsable. Pozette vous a partagé de nombreuses griffes. Parmi elles : Elleanor de Provence, La Mode de Mélissa, Tranzat, etc. Certaines marques se veulent aussi solidaires. Parmi elles, Bonpied. Pour une paire achetée, une autre est donnée aux personnes sans domicile fixe !

Pour les jouets, préférez-les en bois plutôt qu’en plastique ou si possible labellisés Écolabel Nordique. Cette certification « garantit que les jouets respectent l’environnement tout au long de leur cycle de vie. Il assure également que les jouets ne contiennent pas de substances nocives pour la santé des enfants », précise l’Ademe dans son guide des labels environnementaux. Retrouvez aussi ici notre sélection de jeux et jouets made in France pour les enfants.

Vous avez des ados qui veulent des produits high tech ? Pensez aux produits reconditionnés. Vous pouvez trouver des ordinateurs, des tablettes ou des smartphones remis à neuf sur de nombreuses plateformes spécialisées comme Back Market.  Si vous ne trouvez pas votre bonheur, choisissez des articles labellisés. Pour les ordinateurs, l’Ademe recommande les labels Epeat, Ange Bleu, TCO Certified et l’Écolabel Nordique.

Envie d’offrir des cosmétiques ? Faites le choix du naturel et du réutilisable : des cotons lavables, des soins solides de chez Lamazuna, Unbottled, Umaï, ou des produits au flacon consigné comme ceux proposés par la marque Cozie.

N’hésitez pas non plus à opter pour des produits made in France. Acheter français c’est non seulement choisir des produits reconnus pour leur qualité mais c’est aussi une façon de consommer responsable, en soutenant l’économie nationale, les emplois, le savoir-faire et le circuit-court. Retrouvez notre sélection de plateformes pour dénicher des produits tricolores ici. En panne d’idées ? La Carte Française a lancer une carte cadeau dédiée au made in France. Celle-ci peut être utilisée auprès de plus de 80 enseignes partenaires, tous secteurs confondus : mode, maison, enfants, gastronomie, etc. Avec cette carte, vous ne vous tromperez pas et vous aurez l’assurance de faire plaisir. Plus d’infos ici.

Enfin, vous pouvez offrir un cadeau dématérialisé comme une place de théâtre, de cinéma, un week-end écoresponsable avec SlowBreak ou encore un cours de couture ou de bricolage pour apprendre à réparer ses objets du quotidien.

Retrouvez notre sélection de cadeaux écoresponsables

Des emballages cadeaux zéro déchet

Les cadeaux, il faut maintenant les emballer. Surtout, n’utilisez pas du papier brillant et/ou avec des paillettes car ils ne peuvent pas être recyclés. Optez plutôt pour des emballages en papier kraft brun, en papier issu de forêts gérées durablement ou recyclé. Vous pouvez faire de la récup’ et utilisez des feuilles de papier journal. Mais le top du top sera de choisir des emballages zéro déchet !

Vous pouvez utiliser des emballages réutilisables en papier comme ceux de la marque Les Belles Musettes. On craque aussi pour les pochettes en tissu de Pakadoux. Elles sont certifiée Oeko-Tex et confectionnée en Bretagne par des couturières en situation de handicap. Vous pouvez également utiliser des sacs en tissu comme vos vieux tote bags, des boîtes de chaussures, de thé, de biscuits ou miser sur le Furoshiki, une technique japonaise qui consiste à nouer un carré de tissu pour former un joli paquet. Ce tissu peut être un foulard que vous ne portez plus, une vieille chemise découpée ou un bandana que vous gardiez dans votre dressing depuis les années 1990. Si vous n’avez pas de tissu, foncez chez Paké. Cette marque française propose des très beaux tissus pour faire ses emballages. Et c’est made in France !

Une table de Noël écolo

Exit les serviettes colorées en papier, les flutes à champagne en plastique et les petites cuillères en plastoc’ dorées proposées à l’apéro ou à l’entrée pour déguster les verrines. À Noël, on met le paquet sur le réutilisable, quitte à se taper la vaisselle après. On bannit aussi les paillettes, les petites étoiles pour décorer la table et les perles aussi en plastique qui polluent l’environnement. Pour décorer sa table, on laisse libre cours à son imagination. On peut par exemple faire des étoiles avec du carton, des pères Noël avec des bouchons de liège, des petits sapins en biscuit, en pâte à sel ou encore utiliser des vieux rouleaux de PQ pour faire des lutins.

Le repas

Avant d’aller faire vos courses, n’oubliez pas de prendre vos contenants réutilisables. Les produits, on les achète en vrac ! Pour éviter tout gaspillage, achetez vos aliments en quantité raisonnable.

Choisissez des produits de saison et locaux. Ils sont plus savoureux, moins chers et surtout plus écologiques. Ils n’auront pas fait des milliers de kilomètres pour atterrir dans votre assiette. Et s’ils sont issus d’une agriculture bio ou raisonnée, c’est encore mieux.

À Noël, l’idéal sera de concocter un repas végétarien. Les produits d’origine animale, surtout la viande, génèrent en effet des impacts environnementaux supérieurs aux produits d’origine végétaux. Selon la FOA, l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’élevage serait à l’origine de 18% des émissions de gaz à effet de serre et de 8% de la consommation d’eau mondiale. Un dîner de Noël veggie peut être délicieux. La preuve avec les recettes proposées sur le site Ptit Chef.

Si vous choisissez de servir de la viande, ce n’est pas grave. En revanche, choisissez des viandes françaises et labellisées. Pour la viande de bœuf, l’Ademe recommande les labels Agriculture Biologique (AB), Bio Cohérence, Nature & Progrès, Demeter et Haute Valeur Environnementale. Créé en 2011 par le ministère de l’Agriculture, ce dernier « garantit que les fourrages destinés à l’alimentation des bœufs sont cultivés en limitant les engrais et les pesticides de synthèse. Il garantit aussi des pratiques pour favoriser la biodiversité ». Pour le poisson, évitez les espèces les plus menacées comme le thon rouge. Privilégiez des poissons de saison (la daurade par exemple) et issus d’une pêche durable. Quant aux fruits de mer, préférez des produits pêchés sur nos côtes.

Le vin est souvent de la partie. Si vous avez la chance d’avoir un producteur près de chez vous, n’hésitez pas. Vous pouvez aussi vous fier à des labels environnementaux. Dans son guide, l’Ademe conseille six labels : Agriculture Biologique, Bio Cohérence, Nature & Progrès, Demeter, Haute Valeur Environnementale et Biodyvin. Celui-ci intègre les critères du label AB (culture sans produit de synthèse) et garantit en plus que le vin est issu d’une agriculture biodynamique respectueuse des cycles naturels de la nature, des animaux.

Le repas se termine souvent avec du chocolat. Choisissez-le bio et si possible équitable !

Si vous avez des restes à la fin du repas, ne les jetez pas et donnez-les à vos convives. Vous pouvez aussi les garder et les cuisiner le lendemain. Il vous reste du vin ? Ne videz pas le fond de la bouteille dans l’évier. Vous pouvez recycler les restes de vin facilement et faire des poires au vin par exemple. Des épluchures de clémentines ? Ne les jetez pas ! Les épluchures de ces petits agrumes peuvent être réutilisées. Pot-pourri, infusion… Retrouvez nos astuces anti-gaspi ici.

Article mis à jour et republié.

Victoire Toitot

  • Partager sur

Commentaires

Soyez le/la premier(e)
à laisser un commentaire :)
Ajouter un commentaire