Toilettes zéro déchet : « Vive la douchette ! »

Toilettes zéro déchet : « Vive la douchette ! »

Vivre sans papier toilette, c’est possible ! Engagée dans une démarche zéro déchet, Charleyne a testé pendant plus d’un an la douchette dans ses toilettes. Transition, avantages… Elle nous raconte son expérience.

Démocratisé à partir des années 1950, le papier toilette est devenu un indispensable de notre quotidien. Dans le commerce, on trouve différentes sortes de rouleaux pour nos petites fesses : des colorés, des double ou triple épaisseur et même des parfumés. Lavande, rose, vanille… C’est fou toutes les senteurs disponibles ! Le hic du PQ ? Il a un impact environnemental conséquent. Selon le WorldWatch Institute, 270 000 arbres seraient abattus chaque jour pour la production de papier, et 10 % d’entre eux serviraient à produire exclusivement du papier toilette. Sympa non ? À cela s’ajoute l’eau nécessaire pour faire les feuilles, les substances chimiques pour les blanchir, les colorer ou les parfumer, le transport, les emballages, etc.

Pour faire sa petite ou grande commission de manière « green », des alternatives existent. On peut opter pour du papier issu de fibres 100 % recyclée ou bien carrément dire adieu au jetable en adoptant des lingettes lavables et/ou la douchette. C’est ce qu’a choisi Charleyne, une jeune maman grenobloise. Pendant plus d’un an, elle a testé ce système d’eau dans ses toilettes. Une expérience qu’elle ne regrette pas du tout. Rencontre.

Pozette : Quand as-tu décidé de passer à la douchette ?

Charleyne : C’était en 2017. En surfant sur Internet, je suis tombée sur une vidéo YouTube expliquant son fonctionnement et tous ses avantages. Et je me suis dit que c’était une chose que je pouvais apporter facilement à mon quotidien. Dans ma démarche zéro déchet, j’essaie toujours de trouver des solutions abordables et qui ne me demandent pas d’efforts supplémentaires. Alors en voyant la vidéo et en me renseignant un peu plus, j’ai été tout de suite conquise. J’ai filé dans un magasin de bricolage, et pour seulement 10/15 euros, j’ai acheté la douchette. Je l’ai raccordée à mon arrivée d’eau. En 10 minutes, c’était prêt.

Comment a réagi ta compagne Anna ?

Au début j’avais un peu peur. On ne va pas se mentir, le pipi et le caca est un sujet tabou, même au sein d’un couple. Elle a accepté cette expérience. La seule chose qu’elle appréhendait, c’était avec quoi elle allait s’essuyer après, comment on allait faire, etc.  Elle me disait : « je ne veux pas que tu voies mon caca ». Du coup, j’ai acheté des petites serviettes lavables foncées. Une couleur pour elle, et une autre pour moi.

Comment s’est passée la transition ?

On a tout de suite approuvé le système. Le principe est vraiment simple. On fait ses besoins, on passe un petit coup de jet d’eau et on s’essuie avec la serviette. D’ailleurs, la question du caca sur la serviette a été vite réglée car avec la douchette il n’y a pas de traces. C’est comme si on prenait sa douche. La serviette reste propre, on ne voit absolument rien. Dès la première utilisation, on s’est dit : vive la douchette ! Nous avions gardé quelques rouleaux de côté au cas où. Ils sont restés dans le placard.

Pourquoi ne pas avoir uniquement utilisé des lingettes lavables ?

Comme évoqué, on ne voulait pas avoir des serviettes pleines de caca. Et puis avec le tissu, on ne lave pas ses fesses. Je vais être un peu crue, mais on étale sa merde. C’est comme avec le papier toilette jetable. La douchette est plus hygiénique. On se sent plus propre et plus « frais ». Quand j’avais mes règles, je bénissais la douchette. Autre point : les lingettes lavables ne s’utilisent qu’une seule fois. Lorsqu’on se nettoie à l’eau, les serviettes sont quasiment propres et peuvent être réutilisées une seconde fois. Vous ne lavez pas votre serviette de bain après chaque douche ? Eh bien c’est pareil. Enfin, n’utiliser que des serviettes lavables présente un gros investissement. Sachant que l’on va en moyenne 6 fois aux toilettes par jour, il faut un bon stock. 

Comment faisais-tu avec tes invités ?

Pour moi, il ne faut pas forcer les gens. Si on les oblige, c’est le meilleur moyen de les braquer et de les fermer à un changement. Je leur proposais donc du papier toilette classique. Ils pouvaient choisir une des deux options. Ils utilisaient systématiquement le jetable. Je pense qu’ils n’osaient pas utiliser la douchette et la serviette lavable. Chose que je peux comprendre car c’est moi qui lavais après. Chez d’autres personnes, j’aurais sûrement fait pareil. Après, ils ont tous salué la démarche. Certaines personnes ont même commencé à se renseigner pour installer une douchette dans leurs toilettes.

Ta consommation d’eau a-t-elle augmenté ?

Pas du tout. La douchette consomme l’équivalent d’une ou deux douches par an pour deux personnes. Bien sûr, il ne faut pas se laver trois heures le derrière.. Côté papier toilette, j’ai fait des sacrées économies. Anna utilisait beaucoup de papier, un rouleau par jour quasiment. Je n’ai pas fait le calcul mais je pense avoir économisé au moins 110 euros sur une année.

Tu as testé la douchette pendant un an. Pourquoi avoir arrêté ?

J’ai déménagé. Dans mon nouvel appartement, je n’ai pas réussi à raccorder la douchette. Mais bonne nouvelle : j’ai vu qu’un adaptateur était maintenant disponible en magasin. Je vais bientôt l’acheter. En attendant, j’utilise du papier 100 % recyclé.

Que dirais-tu à celles et ceux qui hésiteraient à mettre une douchette ?

Pas besoin d’hésiter. La douchette n’apporte que des avantages. Pratique, économique et écologique, que demander de plus ? Et si ça ne convient pas, on peut toujours la revendre sur Internet.

Pozette a déjà interviewé Charleyne sur son expérience zéro déchet avec son bébé. Retrouvez ses conseils ici.

Marine Vautrin

  • Partager sur

Commentaires

Soyez le/la premier(e)
à laisser un commentaire :)
Ajouter un commentaire