Upcycling. La Petite Boucle transforme les toiles des parapluies en coupe-vents

Upcycling. La Petite Boucle transforme des toiles de parapluies en coupe-vents

Claudie Chevalier, une Lilloise de 23 ans, a lancé en septembre 2020 La Petite Boucle. Elle transforme des toiles de parapluies voués à être jetés en coupe-vents ultra stylés.

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Dans la mode, la citation apocryphe de Lavoisier est plus que jamais d’actualité. De plus en plus de créateurs se tournent en effet vers l’upcycling ou surcyclage en français. Ils créent des vêtements avec des anciennes nappes ou des rideaux chinés en brocante, transforment des pneus de vélos en ceintures ou utilisent des housses de canapé pour faire des sacs à main tendances.

Claudie Chevalier fait partie de cette nouvelle génération engagée. Jeune diplômée de l’ITEEM (Centrale Lille – Skema Business School), elle a lancé en septembre dernier sa marque La Petite Boucle. Sa matière première : les parapluies. Elle récupère des toiles abîmées et inutilisables pour faire des coupe-vents. Une chouette initiative quand on sait que les pébrocs ne sont pas recyclables. Composés de plusieurs matériaux (plastique, métal, nylon), ils sont tous incinérés ou enfouis. Sympa pour la planète. Chaque année, 10 millions de pépins finiraient leur vie ainsi.  

Des parapluies de la Maison Piganiol

« C’est lors d’un week-end pluvieux au Luxembourg, où l’achat d’un parapluie s’est imposé, que l’idée a émergé. En l’ouvrant, j’ai vite compris qu’il ne survivrait pas au premier coup de vent. J’ai alors pensé que je pourrais garder l’usage, protéger de la pluie, mais sous une autre forme, un coupe-vent », explique-t-elle.

Pour récupérer les toiles des parapluies, Claudie a mis en place des points de collecte dans des boutiques lilloises, et s’est associée à la Maison Piganiol une manufacture française de parapluie située à Aurillac. Disponibles début 2021, ses coupe-vents seront conçus avec des toiles de parapluies de particuliers, des restes de tissus des anciennes collections de la manufacture, et des toiles des parapluies qui ont été suspendus cet été dans les rues de la cité géraldienne. « Quand je me suis rendue à Aurillac pour rencontrer Matthieu Piganiol (le directeur général de l’entreprise, Ndlr), je ne savais pas que les parapluies suspendus étaient fabriqués par Piganiol. Il a accepté de me les donner. Je devrais avoir environ 800 parapluies », précise Claudie. De quoi faire de nombreuses vestes aux couleurs de la ville : vert, bleu, rose, orange et jaune.

Des coupe-vents made in Hauts-de-France

La fondatrice de La Petite Boucle a imaginé avec la créatrice de la marque LookBack, Caroline Hardy, deux modèles unisexes. Baptisé « Zéphyr », le premier s’enfile par la tête et se dote d’une poche kangourou à l’avant. Le second, nommé « Tramontane », est doublé avec des tissus upcyclés en coton, et s’enfile comme une veste. Tous les coupe-vents seront fabriqués à Calais dans un atelier d’insertion professionnelle. Chaque pièce sera colorée et unique .

Et pour les baleines et les manches ? Claudie souhaite aussi revaloriser ces éléments. « Je cherche des solutions. J’ai eu la chance de rencontrer Emmanuel qui a lancé Passeur d’Objets, un projet également soutenu par la Métropole de Lille. Il récupère des objets de déco et les retape. Il aimerait recycler la structure des parapluies et en faire par exemple des luminaires. Il va tester cette idée. »

La jeune entrepreneure a lancé en septembre dernier une campagne de crowdfunding sur KissKissBankBank. Gros succès : plus de 120 préventes ont été effectuées. Celles et ceux qui ont participé recevront leur veste en février prochain « si tout va bien », assure Claudie. Pour les autres, pas de panique. La fondatrice proposera bientôt sur son site (encore en construction) un formulaire d’inscription pour précommander son coupe-vent upcyclé. Si intéressés, foncez suivre La Petite Boucle sur Instagram et Facebook.

Voilà un très beau projet. Amis Lillois, n’hésitez pas à déposer (après le confinement) vos parapluies usagés chez SlowMod, Les Récoupettes, Moyers Maroquinerie et Comme Neuf. Claudie les récupèrera et leur donnera une seconde vie.

Crédit photo : La Petite Boucle
Crédit photo : La Petite Boucle
Crédit photo : La Petite Boucle

Lire aussi : Second Sew : quand des nappes et des draps deviennent des vêtements pour bébés

Marine Vautrin

  • Partager sur

Commentaires

Soyez le/la premier(e)
à laisser un commentaire :)
Ajouter un commentaire