Paris : une boutique dédiée aux fruits et légumes déclassés

Paris : bientôt une boutique dédiée aux fruits et légumes déclassés

Trop gros, trop petits, biscornus… En raison de leur apparence, de nombreux fruits et légumes sont rejetés par les circuits de distribution classiques. Pour lutter contre ce gaspillage alimentaire, Maria Leflambe a donc décidé d’ouvrir une boutique spécialisée dans la vente de ces produits dits « déclassés ».

Celles et ceux qui ont un verger ou un petit potager le savent bien : les fruits et légumes n’ont pas tous une esthétique parfaite. Dame Nature fait parfois pousser des carottes à deux pattes, des pommes de terre biscornues ou encore des poires bossues. Mais ces produits, tout aussi délicieux que les autres, sont rejetés par les circuits de distribution classiques, car jugés non conformes et « moches ». Les grossistes et les magasins veulent des pommes lisses et brillantes, des carottes longilignes et des patates toutes belles. Résultat, des dizaines de milliers de tonnes de fruits et légumes sont écartées et jetées chaque année. Un vrai gâchis !

Maria Leflambe, fille d’agriculteur, connaît bien cette problématique. Elle qui a grandi au milieu des champs normands, a beaucoup entendu parler des pertes engendrées par ce diktat de la perfection. « Mon meilleur ami, qui est maraîcher, jetait par exemple des tonnes de carottes parce qu’elles n’étaient pas assez bien calibrées », nous raconte-t-elle. « Pire, un jour, il a dû jeter une palette de 600 kilos de mâche car il y avait une feuille d’ortie dedans ! » Pour répondre aux normes imposées par les distributeurs et vendre leurs produits, certains producteurs sont alors contraints d’augmenter la part d’intrants chimiques dans leurs productions.

Les fruits et légumes déclassés en direct des producteurs

Scandalisée par ce gaspillage, Maria Leflambe a donc eu l’idée de créer une boutique où les fruits et légumes dits « déclassés » seraient les stars. Et c’est dans le XIIIe arrondissement de Paris, au 18 rue Wurtz, qu’elle a décidé de s’implanter. Dans sa boutique, baptisée Curiosités, les clients peuvent y venir faire le plein de produits aux formes rigolotes, de saison et locaux.

Pour se fournir, la jeune entrepreneure s’est associée à une dizaine de producteurs du Val de Loire qui pratiquent une agriculture raisonnée ou bio. « En Ile-de-France, les agriculteurs dépendent moins de la grande distribution. Les ventes directes ou semi-directes fonctionnement bien. Ils peuvent facilement vendre leurs déclassés. En province, c’est l’inverse. Les consommateurs ont plus le réflexe supermarché », explique Maria. Si elle a choisi le Val de Loire, c’est aussi pour des raisons logistiques : « C’est proche de Paris et c’est un bassin agricole très riche. Les fruits et légumes cultivés sont très variés », précise-t-elle.

Les fruits et légumes déclassés sont à l’honneur dans sa boutique, mais Maria commercialise aussi des produits « conformes ». « Les producteurs ne cherchent pas à produire des fruits et légumes non conventionnels. Si leurs produits n’ont pas de défauts, je les achèterai bien évidemment. Cette année, par exemple, il n’y avait pas de cerises déclassées. »

Curiosités a ouvert ses portes en octobre 2019. Si le succès est au rendez-vous, d’autres boutiques devraient voir le jour ailleurs en France. Pour suivre Maria, rendez-vous sur ses réseaux sociaux (Instagram et Facebook) où elle publie également des recettes anti-gaspi. Miam !

Curiosités : 18 rue Wurtz, 75013 Paris.

Oui aux carottes et patates déclassées !

Marine Vautrin

  • Partager sur

Commentaires

1 commentaire
  1. Une excellente démarche qui va dans le bon sens juste une suggestion qui irait dans le bon sens aussi crée un site d’achat en ligne de sorte que ceux qui sont intéresser et qui ne sont domicilier dans le 13 ème puissent en profitez en faisant les achats en ligne puis qui les récupèrent dans le magasin au moins ils sont sur d’avoir les produits qui seront mis en vente une sécurité pour ne pas se déplacer pour rien puis cela permettrais d’en faire profitez plus de monde .

Ajouter un commentaire