Merci Raymond, la start-up qui veut reconnecter les citadins à la nature

Merci Raymond, la start-up qui rend nos villes plus vertes

Créée en 2015, Merci Raymond est une start-up française éco-responsable qui s’est donné pour mission de rendre nos villes plus vertes et plus gourmandes. Rassemblant des jardiniers et des créatifs passionnés, elle multiplie les initiatives, notamment en Ile-de-France. Zoom sur cette jeune pousse qui apporte bien plus que des végétaux dans nos univers bétonnés.

Diminution des îlots de chaleur, limitation du ruissellement des eaux de pluie, absorption des gaz polluants, amélioration du bien-être des habitants… Les avantages du vert en ville sont nombreux. Mais voilà, la nature manque cruellement dans nos milieux urbains. « Nous sommes aujourd’hui dans une totale déconnexion. Tout est bétonné, tout est artificialisé », déplore Hugo Meunier. Alors que de nombreux citadins migrent à la campagne pour retrouver un peu de verdure, ce petit-fils d’agriculteur du Sud-Ouest de la France a lui décidé de réintroduire la nature au cœur de nos villes toutes grises.

Depuis 2015, sa start-up baptisée Merci Raymond (en hommage à son grand-père) multiplie les actions de végétalisation à de multiples échelles dans différents lieux (espaces publics, rooftops, boutiques, bureaux, etc.). Parmi ses grands projets : la végétalisation des 35 000 mètres carrés du campus Station F situé Halle Freyssinet dans le XIIIe arrondissement de Paris. Elle y a notamment installé un « cube végétal » dédié « à la déconnexion naturelle ». La jeune pousse, rassemblant aujourd’hui des jardiniers, des ingénieurs agronomes ou encore des designers, s’est aussi occupée du Kube Hotel dans le XVIIIe arrondissement de la capitale. À l’intérieur : plus de 2 000 plantes ont été installées dans les différents espaces de l’hôtel, de la cour jusqu’au bar. Elle investit tous les endroits, même les centres commerciaux où le béton et les décorations en plastique règnent en maîtres. Le centre So Ouest de Levallois-Perret (92) a fait par exemple appel à ses services. La start-up y a notamment installé une galerie végétale.

Agriculture urbaine et produits en circuit court

Merci Raymond entend rendre nos villes plus vertes mais aussi plus gourmandes en développant l’agriculture urbaine. Objectif : « favoriser la consommation de produits en circuit court », explique le fondateur. L’équipe d’Hugo Meunier a aménagé plusieurs potagers dans Paris, comme celui de La Rotonde Stalingrad (XIXe). Cultivés sur le toit du restaurant, les légumes et herbes aromatiques sont directement cuisinés sur place par le chef. Elle a même ouvert, en association avec L’Antenne, sa propre cantine Le Relais. Situé dans le XIe arrondissement, l’établissement utilise les herbes aromatiques et les fruits et légumes de la ferme verticale installée sur le rooftop. À la carte on retrouve d’autres produits ultra-locaux : des fraises cultivées en conteneur dans Paris par Agricool, des endives et des champignons produits par la Caverne basée dans le XVIIIe ou encore des légumes provenant de fermes franciliennes. « L’idée est de proposer une expérience culinaire et de montrer que, oui, les produits issus de l’agriculture urbaine sont meilleurs car ils sont frais, ils n’ont pas fait des centaines voire des milliers de kilomètres pour arriver dans l’assiette. »  Lauréate de l’appel à projets Parisculteurs « Houblon » aux côtés des brasseurs de Fauve Craft Bière, la start-up a aussi investi les murs du gymnase et de la piscine Georges Rigal, situés boulevard Charonne dans le XIe pour y cultiver du houblon et faire une bière 100% locale, La Petite Charonne.

Créer du lien social avec le jardinage

Hugo Meunier et ses associés, Antoine Baume et Guillaume Hadjigeorgiori., ne se limitent pas à Paris. Merci Raymond s’exporte aussi en périphérie pour végétaliser les endroits bétonnés et mener des projets pédagogiques. Son fondateur l’assure : « Le jardinage est fédérateur, il crée du lien social. Des études montrent par ailleurs que le jardinage incite plus à consommer des légumes. On apprend aussi la patience, on développe sa confiance en soi. Le jardinage a de multiples vertus », souligne-t-il. Parmi les nombreux projets de la jeune pousse, « Green Born » dans le quartier de la Grande Borne à Grigny (Essonne). Ici, l’entreprise travaille depuis octobre 2017 avec le bailleur social Les Résidences Yvelines Essonne. Création de jardinières partagées, plantations dans les espaces d’accueil des loges d’immeubles, réalisation d’une fresque végétale avec les enfants, ateliers ludiques et pédagogiques… Plusieurs actions ont été menées pour rassembler les habitants de la cité et stimuler leurs mains vertes. La start-up s’est aussi implantée dans le quartier « Les Musiciens » aux Mureaux (Yvelines) pour réaliser et animer une ferme urbaine expérimentale en permaculture. L’équipe a co-créé cet été avec les habitants et les enfants des écoles un « jardin-mandala » et des jardinières pour y cultiver toutes sortes de plantes.

Merci Raymond travaille sur d’autres initiatives à impact positif. En janvier dernier, elle a été sélectionnée avec le promoteur immobilier GA Smart Building pour aménager le site de « La Marseillaise » situé place de la Porte de Pantin dans le XIXe arrondissement de Paris. L’idée : créer une Cité Universelle accessible à tous. Celle-ci comprendra notamment un programme d’agrothérapie destiné aux personnes souffrant de troubles physiques ou psychologiques. Ce projet, choisi dans le cadre de l’appel à projets « Réinventer Paris 2 », devrait voir le jour avant les JO et les Jeux Paralympiques de 2024. Plus récemment, Merci Raymond a effectué un partenariat avec le groupe Pichet dans le cadre de Mantes Innovaparc, un futur parc d’activités près de Mantes-la-Jolie (Yvelines). La jeune pousse prévoit d’y créer une coopérative 2.0 comprenant un restaurant locavore et une micro-conserverie entre autres.

Merci Raymond est sur tous les fronts. Depuis 2015, plus de 500 projets ont été réalisés. « En quatre ans, plus de 150 000 végétaux ont été plantés en ville et plus de 50 000 mains vertes ont été stimulées », précise Hugo Meunier. La start-up officie aujourd’hui dans huit villes françaises et planche actuellement sur des projets au Luxembourg et à Bruxelles.

Voilà une belle entreprise. Pour son fondateur, tout le monde peut d’ailleurs participer à la révolution verte. La société a sorti un livre* dans lequel elle distille des conseils pour y prendre part. Parmi les actions proposées : semer des bombes de graines. Merci Raymond !

Pour en savoir plus sur ses projets, rendez-vous ici.

« Tous acteurs de la révolution verte », Éditions Marabout.

Potager sur le toit de L’Antenne (Crédit : Merci Raymond)
Le restaurant Le Relais (Crédit : Merci Raymond)
La Grande Borne à Grigny (Essonne). (Crédit : Merci Raymond)
La Grande Borne (Crédit : Merci Raymond)
La Grande Borne (Crédit : Merci Raymond)
Potagers Grande-Borne à Grigny (Crédit : Merci Raymond)

Marine Vautrin

  • Partager sur

Commentaires

Soyez le/la premier(e)
à laisser un commentaire :)
Ajouter un commentaire