Emballages papier et carton : des risques potentiels pour la santé

Emballages papier et carton : des risques potentiels pour la santé

D’après une récente étude du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), les emballages alimentaires en papier et en carton peuvent être nocifs pour la santé. En cause : les encres dont ils sont recouverts.

Les emballages en carton et en papier ne sont pas si fantastiques. Certes bien plus écologiques que leurs confrères en plastique, ces derniers, pour la plupart colorés ou imprimés, seraient en revanche nocifs pour la santé. Selon une étude du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) publiée le 25 juillet 2019, ces emballages de couleur peuvent « contenir et libérer des produits chimiques provenant des encres utilisées pour l’impression ». Et par conséquent migrer dans notre organisme.

Le BEUC a analysé en laboratoire 76 échantillons d’emballages alimentaires en papier ou en carton colorés ou imprimés. Parmi eux : des pailles, des tasses à café, des serviettes de table et des emballages de produits d’épicerie comme les pâtes et le riz. Les résultats sont inquiétants puisqu’un échantillon sur six contenait des amines aromatiques primaires, dont certaines potentiellement cancérogènes. « Neuf échantillons contenaient ces produits chimiques au-dessus de la limite fixée dans le règlement de l’UE sur les plastiques », précise le BEUC. Presque tous les échantillons analysés contenaient par ailleurs des filtres UV, dont certains soupçonnés de causer le cancer ou d’être des perturbateurs endocriniens. « Une analyse plus poussée de 21 échantillons a montré que les filtres UV migraient dans les aliments au-delà des niveaux recommandés dans six produits. » Ce qui a notamment été le cas pour une boîte de raisins secs pour enfants.

Emballages carton/papier : « pas aussi innocents qu’ils n’y paraissent »

« La plupart des consommateurs supposent naturellement que la matière en contact avec leur nourriture ne contient pas de produits chimiques nocifs mais ce n’est malheureusement pas le cas », souligne Monique Goyens, directrice générale du BEUC. Cette étude montre « que les emballages en papier et carton ne sont pas aussi innocents qu’ils n’y paraissent ». Pour le BEUC, une nouvelle réglementation sur ces emballages alimentaires est nécessaire, d’autant qu’ils remplaceront d’ici quelques mois les articles en plastique à usage unique. Contrairement au plastique, il n’existe pas de règles européennes sur leur utilisation en tant qu’emballages alimentaires.

Ce n’est pas la première fois que les emballages carton et papier sont pointés du doigt. En 2017, l’Anses s’inquiétait de la présence de certaines huiles minérales contenues dans ces emballages et regrettait le manque d’études.

Faut-il alors opter pour des emballages peu colorés ? Pas vraiment. Interrogée par France Info, Pauline Constant, porte-parole du Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) explique : « On pourrait se dire que plus on choisit un emballage coloré, plus on risque d’être exposé. Mais en fait, si on choisit un produit sans impression couleur, ce n’est pas sûr pour autant, parce qu’on peut être exposé à d’autres produits chimiques. »

Une réglementation s’impose. Pour l’heure, la sécurité des substances susceptibles de migrer dans les aliments n’a pas encore été évaluée par l’EFSA, organisme de surveillance de la sécurité des aliments dans l’UE.

Marine Vautrin

  • Partager sur

Commentaires

Soyez le/la premier(e)
à laisser un commentaire :)
Ajouter un commentaire