MEEKO, les baskets engagées pour la protection des espèces menacées

Meeko, les baskets engagées pour la protection des espèces menacées

Guillaume Mesly D’Arloz et Maxime Savart viennent de lancer MEEKO, une marque de baskets éthiques, durables et engagées. Via leur griffe, ces deux amis soutiennent une ONG de Sumatra qui lutte pour la préservation de la forêt primaire, et notamment la protection des espèces en danger critique d’extinction.

Les baskets sont les stars de nos dressings. On les porte presque tous les jours, on les collectionne et on les use jusqu’à la corde. Ces dernières années, de nombreuses marques ont vu le jour pour nous proposer des sneakers résolument plus éthiques et durables. Parmi elles, on retrouve MEEKO, une jeune griffe cofondée par Guillaume Mesly D’Arloz et Maxime Savart.

Tout juste lancés, ces deux entrepreneurs âgés respectivement de 28 et 26 ans ont créé avec le designer Kaito des runnings vegan et éco-conçues : les renforts sont en microsuede et similicuir, le mesh est en fibre faite à partir de plastique recyclé pêché dans les océans, la semelle est composée d’un mix de caoutchouc naturel et recyclé, et la doublure intérieure et les lacets sont en coton bio. Leurs baskets, baptisées Coco Pongo, sont fabriquées dans une usine familiale à Porto au Portugal, et en quantités raisonnées. Pas de surproduction. Certaines étapes de fabrication sont même réalisées à la main.

Pensées pour les sneakers addicts, leurs tennis se veulent intemporelles « mais suffisamment originales pour qu’on ne s’en lasse pas », précise Guillaume. « On souhaitait proposer un design qui puisse faire basculer les consommateurs habituels de grandes marques – notamment ceux en pleine transition – vers une alternative plus propre. »

Mais MEEKO est bien plus qu’une énième marque de baskets éthiques et durables. Son but premier : contribuer à la cause environnementale, notamment à la préservation des espaces naturels et des espèces animales qu’ils abritent. Via leur marque, les cofondateurs souhaitent aider financièrement et humainement des ONG de terrain en leur reversant 1% de leur chiffre d’affaires et en organisant des ateliers de mécénat avec leur communauté.

MEEKO, une marque de baskets engagée

À l’origine de MEEKO : un voyage effectué par Guillaume. « Après avoir quitté mon job l’an passé, je suis parti autour du monde à la rencontre d’ONG qui luttent au quotidien pour la protection des espaces naturels et de leur faune menacée. J’ai voulu voir comment elles travaillaient, comment elles s’organisaient. Très rapidement, je me suis rendu compte qu’elles manquaient d’argent, de temps et de compétences spécifiques. J’ai alors commencé à réfléchir à un projet qui me permettrait de les soutenir, tout en étant cohérent par rapport à mon domaine d’expertise, à savoir la mode, le produit et le commerce », raconte l’ancien consultant e-commerce pour plusieurs marques de mode.

Pour leur première collection de baskets, les Coco Pongo, le duo a choisi d’aider la Sumatra Rainforest Institute (SRI), une ONG indonésienne qui agit pour la protection de la forêt primaire et sa faune rare menacée d’extinction. « Sumatra est très symbolique de notre cause car cette île abrite cinq espèces en danger critique d’extinction : le tigre, l’orang-outan, le rhinocéros, l’éléphant de Sumatra et la tortue hawksbill. Guillaume et Maxime se sont engagés à lui reverser 1% de leur chiffre d’affaires hors taxes. « Nous aimerions leur reverser plus mais nous ne sommes encore qu’une petite marque. Nous margeons aussi très peu sur nos runnings. » Sur une paire à 129 euros, leur marge nette est de 34,1 euros (tous les détails du prix sont disponibles ici).

Des ateliers de mécénat

Reverser 1% de leur CA, c’est bien. Mais les cofondateurs ont décidé d’aller plus loin en organisant des ateliers de mécénat. Le principe : un samedi par mois, huit personnes de la communauté de MEEKO seront invitées à participer à un workshop. Une réunion durant laquelle elles pourront mettre à disposition leur temps et leurs compétences pour répondre aux besoins de la SRI. « La Sumatra Rainforest Institue est une petite ONG. Elle manque cruellement de moyens et de visibilité. L’argent est une chose. Effectivement, elle en a besoin. En revanche, notre temps et de nos compétences sont inestimables pour elle. »

Chaque atelier aura un thème différent et répondra à un besoin spécifique de l’association. Cela peut être la refonte du logo/identité graphique, la traduction du site ou de documents en anglais/français, l’organisation d’une collecte de fonds en France ou encore la création de contenus éducatifs pour les enfants des villages locaux. « Certaines thématiques prendront plus qu’un samedi. Nous ne voulons surtout pas bâcler les ateliers », précise Guillaume.

Ces workshops seront organisés dans un premier temps à Paris, puis dans d’autres grandes villes de France. Il suffira de s’inscrire à la newsletter de Meeko et de notifier sa participation. Le duo sélectionnera les profils selon le thème de l’atelier. « Si le système fonctionne, nous aiderons aussi de cette façon d’autres ONG en Amazonie, en Afrique ou en Chine. Et quand notre chiffre d’affaires le permettra, nous pourrons par la suite les soutenir financièrement. »

Voilà une très belle initiative. MEEKO n’est pas une marque qui s’engage à moitié. Pas de blabla, des actions, des vraies.

Les baskets Coco Pongo sont disponibles en précommande sur la plateforme de financement participatif Ulule. Unisexes, elles se déclinent en quatre coloris (voir photos ci-dessous) et affichent au niveau du talon la silhouette d’une espèce menacée de Sumatra : l’orang-outan, le tigre, l’éléphant et la tortue marine. Pour cette campagne de crowdfunding, qui se terminera le 1er novembre 2020, Guillaume et Maxime proposent leurs baskets au tarif de 99 euros.

Les deux amis réfléchissent déjà à une nouvelle collection. Les sneakers devraient être à semelle plate et intégrer davantage de matières naturelles. « Nous allons essayer de trouver une alternative au similicuir », assure Guillaume.

Pour soutenir ce beau projet et shopper les baskets, rendez-vous sur Ulule (cliquez ici).

Maxime Savart et Guillaume Mesly D’Arloz, les cofondateurs de MEEKO
Crédit photo : MEEKO
Crédit photo : MEEKO
Baskets Coco Pongo – Urban Night. Crédit photo : MEEKO
Baskets Coco Pongo – Safari. Crédit photo : MEEKO
Baskets Coco Pongo – Dust White. Crédit photo : MEEKO
Baskets Coco Pongo – Pastel Pink. Crédit photo : MEEKO

Lire aussi : WiWi Shoes : des baskets éthiques, écologiques et solidaires

Marine Vautrin

  • Partager sur

Commentaires

2 commmentaires
  1. Quelle belle initiative !! Je suis conquise d’autant plus que les modèles de baskets sont très top. Bravo à Maxime et Guillaume pour ce projet éthique.

  2. signé Mélissa SEBIRE (fondatrice de la marque éthique La Mode de Mélissa)

Ajouter un commentaire