Le lombricompostage en appart, comment ça marche ?

Le lombricompostage en appart : comment ça marche

Vous vivez en appartement et vous désirez vous lancer dans le lombricompostage ? Fonctionnement, utilisation… Voici ce qu’il faut savoir.

Composter ses déchets organiques est devenu LE nouveau geste green. Et c’est tant mieux. Dans nos poubelles, nous avons trop de détritus compostables qui méritent d’être revalorisés. Mais comment faire quand on n’a pas de jardin ni de balcon ? On peut déposer ses déchets dans un composteur de quartier ou bien installer un lombricomposteur chez soi. Il s’agit d’un appareil que l’on peut garder à l’intérieur, dans lequel sont placés des vers de terre. Ces derniers viendront manger les détritus. Et, aidés par des micro-organismes (bactéries, champignons), ils produiront du compost et du lombrithé (jus). Ces deux fertilisants pourront ensuite être utilisés pour les plantes vertes de l’appartement, entre autres. C’est pas génial ça ? Pozette s’est lancé dans l’aventure. Objectif : réduire nos ordures et nourrir nos plantes rabougries avec un super engrais. Explications.

Le lombricompostage, comment ça marche ?

Le lombricompostage est la digestion des déchets organiques par les vers de terre dans un lombricomposteur. Comme expliqué précédemment, ces petits vers vont manger les détritus et produire du compost et du lombrithé (un liquide). Sur le marché, il existe différents appareils. Parmi eux, le modèle City Worms de la société Vers La Terre. Ce dernier nous a d’ailleurs été offert par la mairie de Paris, qui organise deux fois par an une campagne de don pour les Parisiens. Il se compose d’un collecteur de liquide avec robinet de récupération, de trois plateaux, d’un couvercle en plastique et d’un matelas d’humidification. Le lombricomposteur ne prend pas de place et, côté pratique, il est doté de petites roulettes. Les vers nous ont été envoyés par La Poste. Il s’agit de vers Eisenia, spécialement adaptés au lombricompostage. Ceux-ci sont très gourmands. Ils peuvent ingurgiter jusqu’à la moitié de leur poids ! Une fois l’appareil installé, ne reste plus qu’à commencer à mettre ses déchets organiques. Pour le démarrage, il est conseillé d’y aller doucement. On place ses détritus à la surface, on pose le matelas d’humidification et on referme avec le couvercle.

Quels déchets peut-on composter ?

Le lombricomposteur doit être alimenté de 60% de déchets humides et de 40% de déchets secs. L’équilibre des matières est très important. Parmi les déchets humides : les fruits et légumes abîmés, crus, cuits ou coupés en morceaux, les épluchures de fruits et légumes, le thé et le marc de café. Les déchets secs : boîtes d’œufs coupés en morceaux, papier journal, papier kraft. En revanche, certaines ordures sont prohibées. Il faut éviter de mettre des agrumes, des restes de viande, de poisson et de plats cuisinés, des produits laitiers, du pain, de l’ail et des oignons mais aussi des poireaux. Contrairement au compost classique, on ne peut pas non plus mettre des coquilles d’œuf, sauf s’ils sont broyés et transformés en poudre. 

Quelle quantité de déchets organiques mettre ?

Tout dépend de votre consommation. Le lombricomposteur de Vers la Terre est adapté pour une famille de quatre personnes. Si vous êtes seul(e), aucun souci. L’obtention du lombrithé et du compost sera en revanche plus longue, car plus on nourrit les vers, plus ils produisent. Pas question toutefois de les gaver. Quand trop de déchets sont déposés d’un seul coup, il se peut qu’une mauvaise odeur se dégage. Nous avons eu cette mauvaise expérience. Un lombricomposteur doit sentir la terre et le sous-bois. Lorsqu’un plateau est plein, il suffit ensuite d’installer un autre au-dessus. Pour que les vers puissent aller vers le plateau supérieur, il est conseillé de faire un petit tas dans le bac inférieur avec le compost en maturation.

Est-ce que ça pue ?

Absolument pas. Comme précisé précédemment, quand un lombricomposteur fonctionne parfaitement, il dégage une odeur de sous-bois et de terre. Mais rassurez-vous, votre cuisine ne va pas sentir la campagne. On sent cela uniquement quand on soulève le matelas d’humidification. En cas de mauvaise odeur, cela signifie que trop de déchets ont été apportés ou que votre lombri n’est pas assez aéré. Il suffit d’arrêter de nourrir vos vers, d’ajouter du papier journal, du carton ou autres déchets secs, et de remuer la terre avec un ustensile afin de faire circuler l’air.

Que faire quand on a des moucherons ?

Si vous avez des moucherons, c’est le signe qu’il faut apporter des déchets frais et que le taux d’humidité est trop élevé. Les moucherons apparaissent également quand on a mis trop de fruits dans son lombricomposteur. Apportez donc des détritus frais, aérez et rééquilibrez le tout avec des légumes et de la matière sèche.

Comment utiliser le compost et le lombrithé ?

Au bout de quelques jours, semaines ou mois (tout dépend de votre utilisation), vous obtiendrez du lombrithé. Celui-ci, récupéré via le robinet dans une bouteille, est un engrais exceptionnel pour vos plantes. Il suffit de diluer dans de l’eau : 1 volume de lombrithé pour 10 volumes d’eau. Pour récupérer le compost, il faudra être plus patient. Comptez quelques mois. La récolte pourra se faire quand vous ne verrez plus les déchets frais dans un plateau. Attention toutefois aux vers présents. Pour les éloigner, mettez de la lumière. La lampe du smartphone marche très bien. Placez le plateau à vider au-dessus du plateau de déchets frais et allumez. Les vers iront se réfugier dans le plateau inférieur. Avec le compost, vous pourrez fertiliser la terre de vos plantes vertes.

Et si on part en vacances ?

Pas de problème. On peut laisser son lombricomposteur pendant un mois sans nourriture. Attention toutefois au froid et à la chaleur. Températures idéales : entre 15 et 25°C.

Le lombricompostage est un jeu d’enfant. Il suffit de lui prêter un peu d’attention. Les avantages sont nombreux : on réduit sa poubelle, on a des nouveaux amis dans sa cuisine, et on obtient du fertilisant top qualité pour ses plantes. Des inconvénients ? Non. Odeur, mouches… Tous ces petits problèmes se résolvent facilement, si on les rencontre.

Article publié une première fois le 30 août 2019.

Lire aussi : Le bokashi, une autre méthode pour composter ses déchets en appart

Marine Vautrin

  • Partager sur

Commentaires

Soyez le/la premier(e)
à laisser un commentaire :)
Ajouter un commentaire