Achats en ligne : comment limiter son impact sur l’environnement ?

Achats en ligne : comment limiter son impact sur l’environnement

Acheter en ligne, c’est pratique, rapide et parfois économique. Mais faire son shopping depuis son canapé ou son bureau n’est pas sans conséquence sur l’environnement.

Faire ses achats en ligne présente de nombreux avantages : on ne bouge pas de chez soi, on peut trouver des produits qui n’existent pas en magasins ou des articles dont le prix est inférieur à celui affiché en boutique (vive les codes promo !) En 2019, le e-commerce a battu des records : plus de 100 milliards d’euros ont été dépensés par les Français sur Internet, selon les derniers chiffres publiés par la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad). « Plus de 1,7 milliard de transactions ont été enregistrées par les sites de e-commerce, ce qui correspond à une hausse annuelle de +15,7%. »

Mais ces achats ne sont pas sans conséquence sur l’environnement. En cause ? Le transport des marchandises. « Le e-commerce limite les déplacements des clients mais la réduction des impacts dépend beaucoup de la livraison finale des marchandises », explique l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (Ademe). « Livrer en urgence et par petites quantités, multiplier les trajets augmentent la consommation de carburant et les émissions de gaz à effet de serre. »

Alors comment profiter des joies d’Internet sans alourdir sa facture environnementale ? Voici quelques gestes à adopter.

Achats en ligne : des gestes pour réduire son empreinte carbone

Retirer ses achats dans un point relais. Pour éviter que les livreurs ne fassent plusieurs trajets entre différents clients, l’idéal est de choisir l’option « retirer sa commande dans un point relais ». Cela peut être un magasin ou une petite épicerie. Ces derniers concentrent toutes les livraisons.

Grouper ses achats sur un même site. Si vous avez prévu d’acheter plusieurs choses, regroupez vos commandes. Cela évitera les livraisons multiples.

Éviter les livraisons express. Difficile de patienter quand on a eu un coup de cœur pour un produit. Mais la livraison express, en plus de coûter cher, engendre plus de pollution. Bien souvent, le livreur se déplace pour un seul produit, et multiplie donc ses trajets de livraison.

Éviter les achats à l’autre bout du monde. Quand on achète un produit à l’étranger, celui-ci sera acheminé par avion. Si l’article est introuvable en France, essayez alors de le dénicher dans un pays européen voisin.

Acheter (quand on peut) sur des boutiques locales. Le top du top est d’acheter sur des boutiques en ligne dont l’envoi des commandes s’effectue non loin de chez soi. Cela limitera la distance de livraison et surtout, les colis ne seront pas suremballés. Les marques suremballent généralement leurs articles quand ils sont envoyés très loin car le transport peut les abîmer.

Privilégier des marques engagées. De nombreuses marques optent pour des livraisons « vertes » et livrent leurs produits à vélo, par exemple. Certaines utilisent aussi des emballages recyclés, recyclables, compostables et même réutilisables. Un aspect à prendre aussi en compte puisque la vente en ligne est source de déchets.

Ne pas faire des achats incertains. Si vous n’êtes pas sûr de votre achat (cette petite robe sera-t-elle à ma taille ?), n’achetez pas. Des plateformes proposent le retour gratuit, mais renvoyer un article fera grimper votre empreinte carbone.

Article mis à jour et republier. 

Victoire Toitot

  • Partager sur

Commentaires

Soyez le/la premier(e)
à laisser un commentaire :)
Ajouter un commentaire