Et si vous deveniez un « Dorloteur d’Abeilles » ?

Et si vous deveniez un « Dorloteur d’Abeilles » ?

Pour sauver les populations locales d’abeilles sauvages, l’entreprise française Un Toit Pour Les Abeilles lance « Les Dorloteurs d’Abeilles ». Le principe : chaque participant reçoit un « Dorlotoir », une maisonnette en bois dans laquelle les petites butineuses pourront construire leur nid et pondre leurs œufs.

Créée en 2010 par Régis Lippinois, un apiculteur passionné de Charente-Maritime, Un Toit Pour Les Abeilles œuvre pour la préservation de l’abeille domestique, aussi appelée abeille à miel. Victimes des pesticides, des parasites et du dérèglement climatique, l’apis mellifera se fait de plus en plus rare. En 10 ans, 15 000 apiculteurs ont dû cesser leur activité. Depuis de nombreuses années, la société propose ainsi aux particuliers et aux entreprises de financer l’installation de nouvelles ruches chez des professionnels, en parrainant des abeilles. En contrepartie, les parrains et marraines reçoivent des pots de miel, des nouvelles de leurs butineuses et des photos de leurs ruches. Plus de 407 millions d’abeilles ont déjà été parrainées.

Protéger les abeilles sauvages

Aujourd’hui, Un Toit Pour Les Abeilles s’est fixé un autre objectif : préserver les abeilles sauvages. Eh oui, les abeilles qui produisent notre miel ne sont pas les seuls pollinisateurs. Il existe environ 20 000 espèces d’abeilles dans le monde, dont la plupart sont des espèces solitaires. Rien qu’en France vivent près de 1 000 espèces d’abeilles sauvages. Tout comme leurs cousines domestiques, ces dernières sont en danger : 40 % d’entre elles sont en voie d’extinction. Une disparition passée sous silence. Et pour cause, « elles ne présentent pas d’intérêt économique direct. Elles ne produisent pas de miel et ne vivent pas en colonie », nous explique Pauline Jung, responsable contenus et chargée de promotion d’Un Toit Pour les Abeilles. Pourtant, ces butineuses méritent toute notre attention puisque sans elles, la plupart des fleurs ne se transformeraient ni en fruit, ni en légume. Elles sont les championnes de la pollinisation.

Pour les protéger, Un Toit Pour Les Abeilles a donc eu l’idée de lancer « Les Dorloteurs d’Abeilles ». Ce projet consiste à adopter des pollinisateurs sauvages chez soi. Comment ? En installant un « Dorlotoir », une maisonnette en bois dans laquelle les insectes pourront élire domicile et construire leur nid en toute tranquillité. Pour le lancement, l’entreprise recherche 500 « Super-Dorloteurs ».

« Dorloteurs d’Abeilles » : comment ça marche ?

Concrètement, chaque participant recevra dès le mois de mars un Dorlotoir. Les abeilles viendront s’y réfugier pour construire leur nid et pondre leurs œufs, qui se transformeront en larves puis en cocons. « À la fin de l’été, quand tous les cocons seront formés, les Dorloteurs devront les récolter délicatement et les mettre dans une boîte spécifique. Ils nous les enverront et nous nous chargerons de les déparasiter. Nous les conserverons tout l’hiver dans des conditions optimales afin qu’ils puissent se développer. Enfin, nous renverrons aux Dorloteurs une partie de leurs cocons, avant leur éclosion », explique Pauline Jung. Ne restera plus qu’à les dorloter et à attendre l’apparition des petites abeilles sauvages ! Quant aux autres cocons, ils seront distribués aux futurs Dorloteurs, situés dans la même zone géographique. « Si des cocons viennent de Lille, nous ne les enverrons pas à Marseille. Il est important pour nous de respecter les souches locales. »

Pour participer, nul besoin d’avoir un grand jardin. L’abri peut être mis sur une terrasse ou un balcon. Il est doté d’un toit en liège et d’un tiroir vitré. Grâce à ce dernier, il est possible de contempler l’évolution de ses petites invitées, de la construction du nid à l’éclosion des cocons, sans les embêter. Pour les dorloter et comprendre leur cycle, Un Toit Pour Les Abeilles enverra des informations par mail et sortira une application cet été.

À noter que les abeilles solitaires ne piquent pas. « Les mâles n’ont pas de dard, et les femelles ont un dard très fin et souple qui peut à peine traverser la peau », assure Pauline Jung. « Les abeilles ne sont pas agressives car elles n’ont pas de réserve de miel à protéger. Elles ne représentent aucun risque pour les enfants », ajoute-t-elle.

« Les Dorloteurs d’Abeilles » est une très belle initiative. Si vous souhaitez rejoindre le réseau et recevoir un Dorlotoir, rendez-vous sur la plateforme KissKissBankBank. Prix : 50 euros. Depuis son lancement le 13 janvier dernier, le projet connaît un véritable succès. Plus de 200 Dorlotoirs ont déjà été commandés !

Plus d’informations sur lesdorloteurs.fr

Mise à jour : la campagne est terminée mais les retardataires peuvent commander leur Dorlotoir sur le site lesdorloteurs.fr. Prix de l’abonnement : 89 euros par an (livraison incluse)

Marine Vautrin

  • Partager sur

Commentaires

5 commmentaires
  1. Bonjour,

    Des abeilles sauvages se sont installées dans le jardin, dans un petit abri que j’avais installé pour que les insectes passent l’hiver.
    L’année dernière, mon voisin a vu ses ruches détruites par des frelons asiatiques. Je voudrais donc savoir comment je peux protéger la petite colonie d’abeilles contre ces prédateurs, et aussi, s’il me sera possible de vous envoyer les cocons à la fi n de l’été, pour que ces petites bêtes passent bien l’hiver.

  2. bonjour. comment se fait-il que cette personne n’ait pas eu de réponse à sa question ? ou si on lui a répondu directement sur son adresse mail c’est dommage pour les autres lecteurs intéressés…

  3. Bonsoir,
    Merci beaucoup pour votre commentaire ! Grâce à vous, je viens de me rendre compte que la réponse n’avait pas été envoyée correctement 🙁 Toutes mes excuses. Pour répondre au problème évoqué, je sèche un peu. Le mieux serait de se tourner vers Les Dorloteurs d’Abeilles ou Un Toit pour les abeilles 🙂 Ils auront peut-être une réponse/solution.
    Très belle soirée,
    Marine

Ajouter un commentaire